dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

JUGE DE L'EXECUTION (JEX) DEFINITION

Définition de Juge de l'exécution (JEX)



Les fonctions de juge de l'exécution sont exercées par le président du tribunal de grande instance qui peut déléguer ces fonctions à un ou plusieurs juges. En matière de saisies des rémunérations le Juge d'instance exerce les pouvoirs du juge de l'exécution. Depuis la loi n91-650 du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d'exécution, et le décret n92-755 du 31 juillet 1992 pris pour son application, qui a modifié le Code de l'Organisation judiciaire, chaque Tribunal de grande instance, comprend un juge spécialisé désigné sous le nom de Juge de l'exécution. Le juge de l'exécution connaît des difficultés relatives aux titres exécutoires et des contestations qui s'élèvent à l'occasion des mesures conservatoires, même si elles portent sur le fond du droit, à moins qu'elles n'échappent à la compétence des juridictions de l'ordre judiciaire. (2ème Chambre civile 31 janvier 2013, pourvoi n11-26992, BICC n782 du 15 mai 2013 et Legifrance. Il connaît des demandes en réparation fondées sur l'exécution ou l'inexécution dommageable des mesures d'exécution forcée ou des mesures conservatoires, sans qu'il y ait lieu de distinguer suivant qu'elles sont ou non encore en cours au jour où il est saisi. Il en est ainsi du cas où il est reproché à un huissier de justice d'avoir commis plusieurs fautes délictuelles à l'occasion d'une saisie-attribution et où il lui est reproché de n'avoir pas informé le débiteur : le juge de l'exécution était compétent pour connaître de la demande d'indemnisation (2ème Chambre civile 27 février 2014, npourvoi : 13-11788, BICC n802 du 15 mai 2014 et Legifrance). Il connaît des contestations relatives au recouvrement de l'impôt qui portent sur la régularité en la forme de l'acte (2e Chambre civile 13 mai 2015, pourvoi n14-16640, BICC n830 du 1er novembre 2015 et Legifrance). Par référence à l' articles 12 du code de procédure civile, le juge de l'exécution a compétence pour donner ou restituer leur exacte qualification aux faits et actes litigieux sans s'arrêter à la dénomination que les parties en auraient proposée. En l'occurence il a compétence pour requalifier en clause pénale, une astreinte conventionnelle insérée dans un acte authentique comportant une vente immobilière. (2e Chambre civile 3 septembre 2015, pourvoi n14-20431, BICC n835 du 1er février 2016 et Legifrance).

Ce magistrat statueà juge unique. Les ordonnances du Juge de l'exécution ne sont pas susceptibles d'opposition, mais peuvent faire l'objet d'un d'un recours en rétractation. Dans ce cas le Juge de l'exécution statue par jugement, sauf disposition contraire. Lorsque le jugement est susceptible d'appel, celui-ci est formé, instruit et jugé selon les règles de la procédure sans représentation obligatoire. En application de l'article R. 121-1 résultant du Décret n 2012-783 du 30 mai 2012 relatif à la partie réglementaire du code des procédures civiles d'exécution, en matière de compétence d'attribution, tout juge autre que le juge de l'exécution doit relever d'office son incompétence.

le juge de l'exécution connaît des demandes en réparation fondées sur l'exécution ou l'inexécution dommageables des mesures d'exécution forcée. La responsabilité des notaires recherchée du fait de l'inaccomplissement de formalités dans la rédaction d'un acte de vente, est dès lors étrangère aux conditions d'exécution d'une saisie et n'entre donc pas dans le champ des attributions du juge de l'exécution. Le même arrêt précise que le moyen tiré du défaut de pouvoir juridictionnel de la juridiction saisie constitue une fin de non-recevoir et non une exception d'incompétence (2e Chambre civile 8 janvier 2015, pourvoi n 13-21044, et Legifrance). On peut consulter un commentaire de cette décision par M. Christian Laporte dans la revue Procédures 2015, comm. n72.

  • Mais, si le juge de l'exécution est tenu de statuer au fond que sur la validité et sur les difficultés d'exécution des titres exécutoires qui sont directement en relation avec la mesure d'exécution contestée, en revanche, il n'entre pas dans ses attributions de se prononcer sur une demande en paiement, laquelle relève du juge du fond. (2e Chambre civile 3 décembre 2015, pourvoi n13-28177, BICC n841 du 1er mai 2016 et Legifrance). Consulter la note de M. Christian Laporte, Revue Procédure, 2016, comm. 52.
  • L'article 528-1 du Code de procédure civile institue une prescription rendant irrecevable un recours exercé à titre principal par une partie présente au procès après l'expiration d'un délai de deux ans lorsque le jugement n'a pas été notifié. Cependant la Cour de cassation a décidé qu'une lettre recommandée adressée par le greffe constituait la notification prévue par le texte ci-dessus, peu important que celle-ci soit entachée d'une irrégularité. En l'espèce, la lettre recommandée adressée par le greffe du tribunal pour notifier le jugement à l'une des parties, avait été retournée à son expéditeur pour correction de l'identité de son destinataire (Assemblée plénière 7 octobre 201, Rapport de M. Ballouhey, Observations de M. Azibert, pourvoi n10-30191 11-11509, LexisNexis, BICC n750 du 1er novembre 2011 et Legifrance).

    Le Juge de l'exécution (JEX) est chargé de régler les difficultés auxquelles peuvent donner lieu les procédures d'exécution et les mesures conservatoires. Il a compétence exclusive pour connaître des contestations élevées à l'occasion de l'exécution forcée (2e Chambre civile 2 décembre 2010, pourvoi n09-659512, BICC n739 du 1er avril 2011 et Legifrance) et ce même si elles portent sur le fond du droit. Ainsi il a compétence pour statuer sur la prescription invoquée par le débiteur (Chambre civile 9 septembre 2010, pourvoi n09-16538, BICC n733 du 15 décembre 2010 et Legifrance). Consulter la note de Madame Avena-Robardet référencée dans la Bibliographie ci-après et 2e Civ., 21 mars 2002, pourvoi n00-16. 866, Bull. 2002, II, n50. Mais, le juge de l'exécution ne peut être saisi des difficultés relatives à un titre exécutoire qu'à l'occasion d'une mesure d'exécution forcée de sorte que le juge des référés est valablement saisi en l'absence d'une procédure d'exécution en cours (2ème Chambre civile 18 octobre 2012, pourvoi n11-25257, BICC n776 du 15 février 2013 et Legifrance) Consulter la note de M. Roger Perrot référencée dans la Bibliographie ci-après.

    Si le juge de l'exécution ne peut, sous prétexte d'interpréter la décision dont l'exécution est poursuivie, en modifier les dispositions précises, il lui appartient d'en fixer le sens : ainsi, le JEX peut décider qu'en condamnant le défendeur "avec intérets", le jugement doiit s'entendre des intérêts au taux légal. (2e Chambre civile 7 avril 2016, pourvoi n15-17398, BICC n849 du 15 octobre 2016 et Legifrance).

    Le juge de l'exécution peut éventuellement décider d'un sursis à l'exécution. Ses pouvoirs sont très étendu au point que la deuxième Chambre de la Cour de cassation a jugé le 20 décembre 2001 que le juge de l'exécution disposait d'un pouvoir souverain pour apprécier si les circonstances font apparaître la nécessité d'assortir d'une astreinte la décision rendue par un autre juge (BICC n551 du 1er mars 2002). En revanche, la Cour de cassation (Cass. 2e civ., 16 déc. 2004 : Juris-Data n2004-026276) estime que le juge de l'exécution n'a pas compétence pour connaître des demandes tendant à remettre en cause le titre exécutoire. Ainsi il ne peut ni modifier le dispositif de la décision servant de fondement aux poursuites, ni remettre en cause la validité des droits et obligations qu'il constate, ni le fondement du titre dont l'exécution est poursuivie (Com. 16 décembre 2008, nde pourvoi : 07-20939, BICC n701 du 1er mai 2009 et Legifrance). En conséquence, viole l'article L. 311-12-1 du code de l'organisation judiciaire dans sa rédaction alors applicable et l"article 8 du décret du 31 juillet 1992, le juge de l"exécution qui met à la charge d"une partie des frais de gardiennage d"un véhicule, alors que la décision servant de fondement aux poursuites n'a pas statué sur ces frais. (2e Civ., 13 septembre 2007, BICC n673 du 15 décembre 2007). Il n'est pas compétent pour connaître d'une demande de répétition de l'indu formulée à la suite d'un commandement de payer (2e Civ., 11 décembre 2008, BICC n700 du 15 avril 2009). Et, lorsqu'il procède à la liquidation de l'astreinte, il n'a pas le pouvoir d'apprécier le préjudice subi en raison de la résistance abusive du débiteur de cette astreinte (3e Chambre civile, 29 avril 2009, pourvoi : 08-12952, BICC n709 du 15 octobre 2009 et Legifrance). De même, le juge de l'exécution ne peut, sans excéder ses pouvoirs, ordonner la vente forcée de la pleine propriété de biens meubles et immeubles grevés d'un usufruit contre la volonté du nu propriétaire, (3e chambre civile 18 novembre 2009, pourvoi n08-19875, BICC n721 du 1er ai 2010 et Legifrance). Jusqu'au Décret n2011-741 du 28 juin 2011 le JEX avait compétence pour connaître du contentieux du surendettement. Cette compétence a été transférée au juge du tribunal d'instance, juge de l'exécution.

    La décision du juge de l'exécution rejetant une demande tendant à assortir d'une astreinte la décision d'un autre juge n'a pas l'autorité de la chose jugée. (2e Civ. - 4 juin 2009, pourvoi : 08-11129, BICC n712 du 1er décembre 2009 et Legifrance). Voir aussi : : 2e Civ., 17 novembre 2005, pourvoi n03-20. 157, Bull. 2005, II, n296S. Il résulte de ce principe que la procédure engagée devant le juge de l'exécution pour obtenir la liquidation de l'astreinte ordonnée par un arrêt cassé est distincte et sans effet sur le fond de l'affaire de sorte que les diligences accomplies lors de l'instance d'appel du jugement ayant liquidé l'astreinte prononcée par le jugement au fond ne peuvent avoir un effet interruptif du délai de péremption de cette instance (3Chambre civile, 20 mai 2009, pourvoi n08-13823, BICC n711 du 15 novembre 2009 et Legifrance). Consulter aussi, 2e Civ., 4 juin 1993, pourvoi n91-21. 326, Bull. 1993, II, n193. Mais, le juge de l'exécution ne peut se prononcer sur la nullité d'un engagement de caution résultant d'un acte notarié exécutoire invoquée pour absence prétendue de l'une des conditions requises par la loi pour la validité de sa formation (2Chambre civile, 18 juin 2009, pourvoi n08-10843, BICC n713 du 15 décembre 2009 et Legifrance). On peut consulter aussi la note de Mad. Avena-Robardet référencée dans la Bibliographie ci-après.

    Néanmoins, s'agissant d'une procédure de saisie sur rémunérations, la Cour de cassation a émise l'avis selon lequel, depuis lentrée en vigueur de larticle6 du décret no 2013-109 du 30janvier2013 ayant modifié larticleR. 3252-40 du code du travail, la désignation des employeurs chargés dopérer les retenues au titredun avis à tiers détenteur exécuté sur la rémunération du débiteur redevable relève non pas dune juridiction mais des seules diligences du greffier du tribunal dinstance, quune procédure de saisie des rémunérations soit en cours dexécution ou non. (Avis n 14-70. 002 du 5 mai 2014, Rapport de MmeBrouard-Gallet Conseiller rapporteur, BICC n805 du 1er juillet 2014 et Legifrance=.

    En matière de saisie immobilière, le délai de deux mois pour procéder à la publication est augmenté du nombre de jours écoulés entre le dépôt du commandement au bureau des hypothèques et l'exécution de la formalité lorsque l'exécution de la formalité de publication a été retardée en raison d'un rejet soulevé par le Conservateur des hypothèques. Le dépôt de l'ordonnance du juge-commissaire qui doit être publiée dans les deux mois de sa signification produit les effet d'un commandement, il vaut saisie immobilière. En cas de rejet par le Conservateur des hypothèques, la publication du commandement est réputée fait au jour du dépôt de la demande. (2e Chambre civile, pourvoi n12-29280, BICC n810 du 1er novembre 2014 et Legiftrance).

    Le jugement d'orientation qui ordonne la vente forcée d'un immeuble saisi interdit de procéder à la vente du bien selon une autre modalité que celle qu'il a prévue de sorte que la promesse synallagmatique de vente signée en contravention avec la décision du juge qui ne l'avait pas autorisée est nulle(2e Chambre civile 9 avril 2015, pourvoi n14-16878, BICC n827 du 15 septembre 2015 et Legifrance). Après l'audience d'orientation, en application de l'article R. 311-5 du code des procédures civiles d'exécution, le débiteur n'est plus recevable à formuler de nouveaux moyens, de fait ou de droit, tendant à contester les poursuites. (2e Chambre civile 13 novembre 2015, pourvoi n14-25179, BICC n839 du 1er avril 2016 et Legifrance).

    Dans un Avis du 16 mai 2008 (Rapport de M. Sommer Conseiller rapporteur, Conclusions de M. Maynial, Premier avocat général au BICC n687 du 15 septembre 2008) la Cour a rappelé que la procédure de distribution, découle de la saisie et de distribution du prix de vente d'un immeuble, laquelle est exclusivement dévolue au JEX. En conséquence, le juge de l'exécution est tenu de trancher les contestations relatives à la validité des déclarations de créance soulevées au cours de l'audience d'orientation de la procédure de saisie immobilière prévue par le Décret n2006-936 du 27 juillet 2006. A peine d'irrecevabilité relevée d'office, l'appel contre le jugement d'orientation est formé, instruit et jugé selon la procédure à jour fixe (2ème Chambre civile 22 février 2012, pourvoi n10-24410, BICC n763 du 1er juin 2012 et Legifrance)

    En matière civile, les voies d'exécution concernent les jugements et les arrêts des Cours d'appel devenus définitifs ou assortis de l'exécution provisoire, l'exécution des actes authentiques délivrés par les notaires lorsqu'ils sont constitutifs d'une créance, l'exécution des contraintes des organismes sociaux, et l'exécution des mesures provisoires.

    Le caractère exécutoire d'une décision de justice résulte de ce que les recours ont été épuisés ou que la partie condamnée a laissé passer les délais sans les utiliser. Dans ce cas, la loi présume que la partie condamnée y a acquiescé. La personne au profit duquel la décision a été rendue peut engager les procédures qui lui permettent d'obtenir les prestations que son adversaire lui doit. Lorsque le créancier a fait signifier par Huissier de Justice le Titre exécutoire, passé les délais de recours, l'Huissier peut procéder à l'utilisation des Voies d'Exécution. Il est arrivé que par suite d'une omission, la formule exécutoire n'ait pas été apposée sur la signification de la décision dont le poursuivant sollicitait l'exécution. Il a été jugé que lorsque le caractère exécutoire du jugement n'est pas contesté, l'omission de la mention de la formule exécutoire sur la copie du jugement signifiée aux débiteurs saisis constitue une irrégularité de forme. Cette irrégularité ne peut entraîner la nullité de la signification qu'au cas où elle a causé un grief aux personnes contre lesquelles l'exécution a été requise (Chambre civile 11 février 2010 pourvoi n09-65404, BICC n725 du 1er juillet 2010 et Legifrance). Consulter la note de M. Perrot référencée dans la Bibliographie ci-après.

    L'huissier de Justice choisi par la partie poursuivante peut, après un ultime "commandement " resté sans effet, entamer la phase de l'exécution. (saisie, vente publique, expulsion, démolition, etc. .). Le Décret n2006-936 du 27 juillet 2006 relatif aux procédures de saisie immobilière et de distribution du prix d'un immeuble conferre au le juge de l'exécution du tribunal de grande instance dans le ressort duquel est situé l'immeuble saisi, entière compétence pour connaître de la procédure de saisie immobilière. Lorsqu'il autorise la vente amiable, le juge s'assure qu'elle peut être conclue dans des conditions satisfaisantes compte tenu de la situation du bien, des conditions économiques du marché et des diligences éventuelles du débiteur. La décision par laquelle le JEX décide qu'il n'y a pas lieu d'autoriser la vente amiable de l'immeuble est souveraine et insusceptible d'être discutée devant la Cour de cassation (2Chambre civile 10 septembre 2009, pourvoi n08-70204, BICC n716 du 15 février 2010 et Legifrance) Voir la note de M. Piedelièvre référencée dans la Bibliographie ci-après.

    Ayant contesté le projet de distribution amiable qui ne prenait pas en compte sa créance, après échec de la tentative de conciliation, une banque créancière a saisi le juge de l'exécution d'une demande de distribution judiciaire du prix de vente. La procédure de distribution du prix de vente régie par les dispositions du décret du 27 juillet 2006 oblige les créanciers inscrits à produire le décompte actualisé de leurs créances dans les quinze jours de la notification qui leur est faite par le créancier poursuivant. Le défaut de déclaration est sanctionné par l'article 2215 du code civil, le juge du fond constatant que le créancier n'ayant pas déclaré sa créance dans le délai de quinze jours de la sommation qui lui a été faite, est déchu du bénéfice de sa sûreté pour participer à la distribution du prix (2e chambre civile, 17 février 2011, pourvoi n10-15100), BICC n744 du 15 juin 2011 et Legifrance).

    Bien qu'ils aient fait l'objet d'un appel, et donc qu'ils ne soient pas définitifs, les jugements peuvent néanmoins être exécutés lorsqu'ils sont assortis de l'"exécution provisoire". Un recours dit "défense à exécution provisoire" peut être intenté devant le Premier Président de la Cour d'appel.

    Pour des motifs humanitaires, les expulsions des locaux à usage d'habitation font l'objet d'une réglementation particulière qui empêche qu'elles puissent avoir lieu pendant la saison d'hiver. La résiliation des baux à usage d'habitation et la procédure d'expulsion font l'objet de dispositions particulières que l'on peut consulter dans l'article 24 de la loi n89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs qui a été modifiée en dernier lieu par la loi d'orientation n98-657 du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions.

    Aux termes de l'article L 613-3 du code de la construction et de l'habitation, à l'exception du cas où il est prévu un relogement décent pour la personne expulsée et les personnes de sa famille vivant habituellement avec lui, ou si les locaux menaçant ruine font l'objet d'un arrêté de péril ou si, encore, les personnes dont l'expulsion a été ordonnée sont entrées dans les locaux de manière illégale, du 1er novembre 2009 au 15 mars 2010, aucune expulsion ne peut intervenir en France, S'agissant des demandes de résiliation de bail pour motif de loyers impayés, l'impayé n' est constitué que lorsque trois termes nets consécutifs sont totalement impayés, ou encore, lorsque le locataire est débiteur à l'égard du bailleur d'une somme au moins égale à deux fois le montant mensuel brut du loyer et des charges.

    Dans le second cas, il s'agit des ordonnances du juge de l'exécution portant autorisation de procéder à des mesures conservatoires. Afin d'éviter que la personne contre laquelle la mesure est prise ne puisse y faire échec, par exemple en soldant son compte bancaire ou en cachant les biens sur lesquels la saisie porte, ces ordonnances sont exécutoires "sur minute", c'est à dire avant toute signification. Elles peuvent faire l'objet d'une rétractation si la créance en vertu de laquelle la saisie a été ordonnée, n'est pas certaine dans son principe. Le débiteur peut en outre en solliciter la mainlevée en offrant une autre garantie, par exemple un séquestre ou un cautionnement. Sur la reconnaissance et l'exécution des décisions rendues dans l'Union européenne, consulter l'article de M. Bruneau (voir la Bibliographie ci-après).

    L'État, indique l'article 16 et s. de la loi du 9 juillet 1997, est tenu de prêter son concours à l'exécution des jugements et des autres titres exécutoires, c'est le Ministère public qui veille à cette exécution en enjoignant notamment aux huissiers de justice de prêter leur ministère. Le Code des procédures civiles d'exécution fait défense à tout tiers de s'opposeraux procédures engagées. Ils peuvent être requis d'apporter leur concours aux huissiers et aux agents de la force publique.

    Au plan du droit international, en vertu du principe de l'indépendance et de la souveraineté respective des Etats, le juge français ne peut, sauf convention internationale ou législation communautaire l'y autorisant, ordonner ou autoriser une mesure d'exécution, forcée ou conservatoire, devant être accomplie dans un Etat étranger. Si, en vertu des articles 3 et 16 de la directive 2010/ 24/ UE du 16 mars 2010, sur la demande d'assistance formulée à la diligence de l'autorité requérante d'un Etat membre de l'Union européenne, l'autorité requise d'un autre Etat membre prend des mesures conservatoires lorsque sa législation nationale l'y autorise et conformément à ses pratiques administratives, de sorte que l'article L. 283 du livre des procédures fiscales énonce que l'administration française peut requérir un Etat membre à fin de prise de mesures conservatoires relatives à toutes les créances afférentes notamment aux taxes, impôts et droits quels qu'ils soient, permettant ainsi à cette administration de requérir des autorités espagnoles de prendre des mesures conservatoires à l'encontre d'un débiteur sur ses biens situés en Espagne, tout comme les autorités espagnoles peuvent requérir de l'administration française que celle-ci mette en oeuvre des mesures conservatoires sur le territoire français à l'encontre d'un débiteur faisant l'objet en Espagne d'une action en recouvrement d'une créance visée à l'article L. 283 A II du même livre, ces dispositions ne confèrent cependant pas au juge français le pouvoir d'autoriser des mesures conservatoires portant sur un compte bancaire détenu en Espagne. (2e Chambre civile 21 janvier 2016, pourvoi n 15-10193l, BICC n843 du 1er juin 2016 et Legifrance). Consulter la note de M. M. Hugues. Adida-Canac, Thomas Vasseur et Edouard de Leiris, au D. 2016, chron., p. 744.

    L'article 14 du code civil, qui permet au plaideur français d'attraire un étranger devant les juridictions françaises, doit être exclu pour des demandes relatives à des voies d'exécution pratiquées hors de France. Si l'action, en l'espèce, une saisie-attribution, est engagée par le poursuivant découle directement des voies d'exécution pratiquées entre les mains d'un tiers domicilié hors de France, le poursuivant n'est pas recevable à se prévaloir de l'article 14 du code civil, et ce, même si la régularité de la saisie litigieuse n'est pas contestée (1ère Chambre civile 14 avril 2010, pourvoi : n09-11909, BICC n727 du 15 septembre 2010 et Legifrance). Consulter aussi, 1ère Civ., 27 mai 1970, pourvoi n68-13. 643, Bull. 1970, I, n176 et la note de Madame Avena-Robardet référencée dans la Bibliographie ci-après.

    Consulter aussi :

  • "Enchère",
  • "Surenchère",
  • "Privilège",
  • "Huissier",
  • "Commissaire-priseur",
  • "Contrainte",
  • "Courtier",
  • "Vente",
  • "Marc le franc",
  • "Tiers détenteur" "
  • "Surendettement".
  • Saisie.

    Textes

  • Code de procédure civile, Articles 500 et s., 539, 569, 579, 811, 957, 1269. 1744 et s., 1488 et s.
  • Code de l'organisation judiciaire, Articles L 311-11 et s.
  • Code des procédures civiles d'exécution, Articles L111-1 et s. L121-5 et s, L123-1S, L141-1 et s. .
  • Loi n91-650 du 9 juillet 1991, D92-755 du 31 juillet 1992 sur les procédures civiles d'exécution.
  • Décret n2004-1357 du 10 décembre 2004 pris pour l'application de l'article 39 de la loi n91-650 du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d'exécution.
  • Décret n2005-1678 du 28 décembre 2005 relatif à la procédure civile, et à certaines procédures d"exécution et à la procédure de changement de nom.
  • Ordonnance n2006-461 du 21 avril 2006 réformant la saisie immobilière.
  • Décret n2006-936 du 27 juillet 2006 relatif aux procédures de saisie immobilière et de distribution du prix d"un immeuble.
  • Décret n2010-1165 du 1er octobre 2010 relatif à la conciliation et à la procédure orale en matière civile, commerciale et sociale.
  • Décret n2010-1304 du 29 octobre 2010 relatif aux procédures de traitement des situations de surendettement des particuliers.
  • Loi n2010-1609 du 22 décembre 2010 relative à l'exécution des décisions de justice, aux conditions d'exercice de certaines professions réglementées et aux experts judiciaires.
  • Décret n2011-741 du 28 juin 2011 relatif au transfert du contentieux du surendettement du juge de l'exécution au juge du tribunal d'instance.
  • Décret n 2011-945 du 10 août 2011 relatif aux procédures de résiliation de baux d'habitation et de reprise des lieux en cas d'abandon.
  • Ordonnance n2011-1895 du 19 décembre 2011 relative à la partie législative du code des procédures civiles d'exécution ;
  • Décret n2012-783 du 30 mai 2012 relatif à la partie réglementaire du code des procédures civiles d'exécution.
  • Décret n2014-1226 du 21 octobre 2014 relatif à l'expérimentation du renforcement des garanties contre les pensions alimentaires impayées.
  • Décret n 2014-1227 du 21 octobre 2014 relatif à l'expérimentation du renforcement des garanties contre les pensions alimentaires impayées.
  • Bibliographie

  • Avena-Robardet (V.), Compétence du JEX : difficultés d'exécution d'un acte notarié, Recueil Dalloz, n26, 9 juillet 2009, Actualité jurisprudentielle, p. 1768-1769, note à propos de 2e Civ. 18 juin 2009.
  • Avena-Robardet (V.), Privilège de juridiction : saisie pratiquée à l'étranger, Recueil Dalloz, n18, 6 mai 2010, Actualité / procédure civile et voie d'exécution, p. 1087, note à propos de 1ère Civ. - 14 avril 2010.
  • Avena-Robardet (V.), Juge de l'exécution : compétence exclusive, Recueil Dalloz, n32, 23 septembre 2010, Actualité / procédure civile et voie d'exécution, p. 2073, note à propos de 2ème Civ. 9 septembre 2010.
  • Beraudo (J-P.), Le Règlement (CE) du Conseil du 22 décembre 2000 concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, Journ. droit. inter. priv., n4, Octobre-novembre-décembre 2001, p. 1033-1106.
  • Blery (C.), L'efficacité substantielle des jugements civils, thèse Caen, 1994.
  • Bruneau (C.), La reconnaissance et l'exécution des décisions rendues dans l'Union européenne, Sem. jur., 2001, n17, p. 801.
  • Cayrol (N.), Droit de l'exécution, 2e édition, L. G. D. J, Précis Domat, Sous-collection : Privé, 2016.
  • Contrôle et sanctions, statut de l'huissier de justice. Les procédures d'exécution mobilière, 2e éd, Assoc. Etudes et de recherches de l'ENM., 1989.
  • Cornette (F.), Cuniberti (G.) et Normand (C.), Droit international de l'exécution, Recouvrement des créances civiles et commerciales, LGDJ, 2011.
  • Couchez (G.), Voies d'exécution, 10e édition, Sirey, impr. 2010.
  • Coulon(J-M.), Le projet de réforme de la procédure civile : L'exécution immédiate des décisions de première instance, BICC n576, 1er mai 2003.
  • Cuniberti (G.), Normand (Cl.) et Cornette (F.), Recouvrement des créances civiles et commerciales, LGDJ, 2011.
  • Guinchard (S.) et Moussa (M.), Droit et pratique des voies d'exécution, Dalloz, 2009.
  • Guyon (Y.), Droit commercial : (Règlement judiciaire, liquidation des biens, suspension provisoire des poursuites, faillite personnelle.); 1984-1985, Paris, éd. Les Cours de droit, 1985.
  • Laroche de Roussane (P.) La Procédure prud'homale : déroulement de l'instance, exécution des jugements, Paris, Ed. des Publications fiduciaires, 1978.
  • Lassale (J-Y.), Quelques considérations sur l'article 528-1 du nouveau code de procédure civile, Bulletin Chambre des avoués, n126, 1993.
  • Lauba (R.), Le contentieux de l'exécution, LexisNexis, Ecole Nationale de la Magistrature, 2012.
  • Leborgne (A.), Refus d'appliquer l'article 1244-1 du code civil à la demande du saisi et appréciation des risques encourus par le poursuivant en l'état de l'appel du jugement d'orientation, au sujet de C. A. Aix-en-Provence, 15e ch. A, 2 novembre 2007, La semaine juridique, éd. G, 19 décembre 2007, n51-52, p. 25-28.
  • Lochouan (D.), Le rôle du Ministère public dans les procédures civiles d'exécution, Rev. huiss. 1999, 3,
  • Pascalin (M-H.), Le Premier président de la Cour d'appel et l'exécution provisoire, thèse Aix Marseille III, 1986.
  • Perrot (R.), Compétence d'attribution, Revue Procédures, n2, février 2009, commentaire n45, p. 15-16. Note à propos de 2e Civ., 11 décembre 2008.
  • Perrot (R.), Théry (P.), Procédures civiles d'exécution, 3e édition, Dalloz, dec. 2013.
  • Perrot (P.) Vérification du titre exécutoire. Revue Procédures, n7, juillet 2014, commentaire n204, p. 19, note à propos de 1re Chambre civile 13 mai 2014.
  • Pouvoirs du juge de l'exécution, Revue Procédures, n6, juin 2009, commentaire n190, p. 15-16, note à propos de 3e Civ. - 29 avril 2009.
  • Perrot (R.), Omission de la mention de la formule exécutoire sur la copie du jugement signifié, Revue Procédures, n4, avril 2010, commentaire n116, p. 50, note à propos de 2e Civ. - 11 février 2010.
  • Perrot (R.), Commentaire du Décret du 28 décembre 2005, Revue Procédures n2, février 2006.
  • Perrot (R.), Sa compétence. Revue Procédures, n12, décembre 2012, commentaire n348, p. 16, à propos de 2e Civ. - 18 octobre 2012.
  • Piedelièvre (S.), Vente amiable et pouvoir du JEX, Revue de droit bancaire et financier, n6, novembre-décembre 2009, commentaire n207, p. 71-72, note à propos de 2ème Civ. 10 septembre 2009.
  • Taormina (Gilles), Droit de l'exécution forcée : Constantes de l'exécution - Mesures conservatoires - Saisies mobilières et immobilière - Saisies spéciales - Ordre et distribution - Surendettement, éd. JNA. 1998.
  • Ruellan (F.), Le tarif des huissiers de justice : régularité, utilité et coût des actes.
  • Vigneron (S.), Préface de Venandet (G.) et Geoffrey (S.), Etude comparative des ventes aux enchères publiques mobilières (France et Angleterre), LGDJ, 2006.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, notaire, terme juridique, vocabulaire droit