dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

REFERE DEFINITION

Définition de Référé



Le "référé" ou, plus complètement, la "procédure de référé", est une procédure orale et simplifiée attribuée en principe, à la compétence du Président de la juridiction saisie qui statue " à juge unique". Il peut ordonner des mesures provisoires, principalement la consignation de sommes contestées, une expertise ou le paiement d'une provision. Il peut prononcer des astreintes.

Le juge des référés a compétence, notamment pour faire cesser toute situation comportant une voie de fait, ainsi en cas d'occupation illégale d'une usine. Mais tel n'est pas le cas, lorsque des salariés ont occupé les locaux par roulement pour protester contre la fermeture brutale du site alors que l'employeur, avait décidé l'arrêt des activités et fermé l'unité de production sans information ni consultation préalable des institutions représentatives du personnel, interdisant aux salariés l'accès à leur lieu de travail en leur notifiant sans autre explication leur mise en disponibilité. Il en est ainsi particulièrement si les salariés ont occupé les locaux, sans commettre aucun fait de dégradation du matériel, ni violence, séquestration ou autre comportement dangereux à l'égard des personnels se trouvant sur le site. L'occupation des lieux, intervenue en réaction à la fermeture intervenue dans ces circonstances, ne caractérise pas un trouble manifestement illicite justifiant la compétence du juge des référés. (Chambre sociale 9 mars 2011, pourvoi n10-11588, BICC n745 du 1er juillet 2011 et Legifrance). Consulter sur le sujet, la note de M. Alexis Bugada référencée dans la Bibliographie ci-après.

Il est fait une différence entre le référé et la décision prise "en la forme des référés". Ainsi le président du tribunal de grande instance lorsqu'il est saisi en application des articles 815-6, 815-7, 815-9 ou 815-11 du code civil, statue "en la forme de référé", de sorte que dans ce cas, les articles 808 et 809 du code de procédure civile ne sont pas applicables (1ère chambre civile, 20 mai 2009, pourvoi n07-21679 et 08-10413, BICC n711 du 15 novembre 2009 et Legifrance). Voir le commentaire de M. Jacques Junillon référencé à la Bibliographie ci-après et 1ère Civ., 3 février 2004, pourvoi n 01-02. 758, Bull. 2004, I, n 32. Depuis est intervenu le Décret n2011-1043 du 1er septembre 2011 qui à créé un nouvel Article 492-1 aux termes du quel, à moins qu'il en soit disposé autrement, lorsqu'il est prévu que le juge statue "comme en matière de référé" ou "en la forme des référés", le juge exerce les pouvoirs dont dispose la juridiction au fond et statue par une ordonnance ayant l'autorité de la chose jugée relativement aux contestations qu'elle tranche, et l'ordonnance est alors exécutoire à titre provisoire, à moins que le juge en décide autrement.

Il est statué "comme en matière de référé" ou "en la forme des référés", par exemple s'il survient des difficultés relatives aux mesures conservatoires prises après l'ouverture d'une succession, dans le cas où une partie entend faire appel d'une décision ordonnant une expertise et qu'elle justifie y être opposée en raison d'un motif grave et légitime, lorsque le juge a ordonné qu'il soit sursis à statuer mais là encore, l'appelant devra justifier d'un motif grave, en matière familiale lorsque le juge est saisi aux fins d'obtenir des mesures de protection pour protéger des victimes de violences, et aussi, s'il est saisi sur les aspects civils de l'enlèvement international d'enfants.

Sauf dans les cas déterminés par la loi, le juge des référés commerciaux a le pouvoir d'ordonner l'exécution d'une obligation non sérieusement contestable, même lorsque le juge du fond est saisi. Il lui appartient cependant de rechercher si la contestation soulevée par le défendeur est sérieuse, sans pouvoir déduire ce caractère de la seule existence d'une instance pendante au fond (2e Chambre civile, 21 janvier 2010, pourvoi n09-12831, BICC n724 du 15 juin 2010 et Legifrance). Le juge des référé est compétent chaque fois qu'il est saisi pour que soit prise une mesure d'urgence ou que la mesure sollicitée est destinée à ce qu'il soit mis fin à un trouble manifestement illicite ou qui ne se heurte pas à une contestation sérieuse. La Cour d'appel de Paris (14ème ch, sect. B) a jugé le 23 novembre 2001 (BICC n553 du 1er avril 2002) a ainsi jugé que la mise en place de piquets de grève revêtait un caractère abusif lorsqu'elle interdisait l'accès à l'entreprise et en paralysait l'activité, méconnaissant ainsi les principes de la liberté du travail et de la libre circulation des personnes et des biens. Elle constituait un trouble manifestement illicite au sens de l'article 809 du nouveau Code de procédure civile, pour lequel l'employeur pouvait demander au Juge des référés qu'il y soit mis fin par l'expulsion des grévistes, la présence de piquets de grève empêchant l'entrée ou la sortie de l'entreprise aux véhicules assurant l'approvisionnement et les livraisons de l'entreprise. De même constitue un trouble manifestement illicite le fait, pour un employeur, de donner à un comité d'entreprise européen une information incomplète sur un projet de fusion. (Soc. 16 janvier 2008, BICC n680 du 15 avril 2008). Le Code de l'organisation judiciaire attribue au Juge d'instance la compétence pour connaître de l'occupation sans droit ni titre d'un immeuble ou d'une partie d'immeuble appartenant à autrui. Consulter aussi la note de Madame Coutant-Lapalus référencée dans la Bibliographie ci-après et 3e Civ., 22 mars 1983, pourvoi n 81-14. 547, Bull. 1983, III, n 83.

Le juge des référés a notamment compétence, pour allouer une provision ad litem sur le fondement de l'article 809, alinéa 2, du code de procédure civile, décision qui n'est pas subordonnée à la preuve de l'impécuniosité de la partie qui en sollicite l'attribution (2e chambre civile, 8 juin 2009, pourvoi n08-14864 BICC n713 du 15 décembre 2009 et Legifrance). Voir aussi la note de M. Sommer, référencée dans la Bibliographie ci-après. Il doit dire si la demande était justifiée à la date à laquelle il a été saisi, il ne peut dire la demande sans objet s'il constate que le trouble existait à la date de sa saisine (2Chambre civile, 4 juin 2009, pourvoi n 08-17174, BICC n712 du 1er décembre 2009 et Legifrance). Voir aussi 2e Civ., 14 décembre 1988, pourvoi n 87-17. 340, Bull. 1988, II, n 253. et la note de M. Sommer référencée à la Bibliographie ci-après.

L'ordonnance rendue en référé n'a pas l'autorité de la chose jugée. Elle ne lie pas le tribunal qui est, ou qui sera ultérieurement saisi du fond. Le Président des juridictions spécialisées telles que le Tribunal de Commerce, le Conseil de Prud'hommes, le Tribunal des affaires de sécurité sociale, ont compétence pour statuer en référé. L'appel des ordonnances rendues par le juge des référés est entendu par la Cour d'Appel du ressort qui statue en formation collégiale. Parce qu'ils sont susceptibles d'être rapportées ou modifiées en cas de circonstances nouvelles, le recours en révision n'est pas ouvert contre les décisions de référé (2ème Chambre civile 11 juillet 2013, pourvoi n12-22630, BICC n794 du 15 janvier 2014 et Legifrance).

Bien que le Nouveau Code de Procédure civile donne spécialement compétence au chef de la juridiction saisie pour statuer en référé, il est habituel que ce dernier délègue cette partie de ses fonctions soit, à un Vice-Président, soit à tout autre magistrat de sa juridiction.

Lorsqu'une affaire est pendante devant la Cour d'appel, le Premier Président ou le magistrat qu'il désigne à cet effet, peut, dans les mêmes circonstances être saisi en référé. Le premier Président a une compétence particulière qui lui est donnée par l'article 957 du Nouveau code de procédure civile pour suspendre l'exécution d'un jugement inexactement qualifié en dernier ressort ou pour connaître d'une défense à exécution provisoire.

En raison de l'extrême urgence, le Président peut être amené à dispenser le requérant d'observer le délai normal de convocation à l'audience et d'entendre les parties même un jour chômé ou férié, éventuellement à son domicile. Dans le jargon procédural on désigne cette procédure le "référé d'heure à heure" (CPC article 485, 2e al.).

Textes

  • Code de procédure civile, Articles 490, 492-1, 509-1 et s, 540, 808 et s., 837, 855, 872 et s., 893 et s. 1121-1, 1136-2, 1252 et s., 1304 et s, 1457,
  • Code du travail, Articles 516-30 et s.
  • Code de la Sécurité sociale, Article 142-21-1.
  • Décret n 2011-1043 du 1er septembre 2011 relatif aux mesures conservatoires prises après l'ouverture d'une succession et à la procédure en la forme des référés.
  • Bibliographie

  • Coutant-Lapalus (Ch.), La difficile coexistence du droit au logement et du droit de propriété. Revue Loyers et copropriété, n5, mai 2010, commentaire n131, p. 17-18, note à propos de 3e Civ. - 20 janvier 2010.
  • École nationale de la Magistrature, Le Tribunal d'instance - L'ordonnance de référé, Bordeaux, 1988.
  • Estoup (P.), La Pratique des procédures rapides - référés, ordonnances sur requête, procédures d'injonction, Paris, Litec, 1990.
  • Foulon (F.), Strickler (Y.), Les référés en la forme, Dalloz, 2013.
  • Guinchard (S.), Droit et pratique de la procédure civile - intérêt à agir, compétence, actes de procédure, aide juridique, procès équitable, référé, mise en état, incidents de procédure, jugement, voies de recours, frais de justice, Collection : Dalloz action, Paris, Dalloz, 1999.
  • Junillon (J.), Juge statuant en la forme des référés, Revue Procédures, n7, juillet 2009, commentaire n235, p. 20, note à propos de 1ère Civ. - 20 mai 2009.
  • Junillon (J.), Référé, Revue Procédures, n2, février 2010, commentaire n40, p. 24-25, note à propos de 3éme Civ. 16 décembre 2009.
  • Bugada (A.), Appréciation du caractère manifestement illicite de l'occupation de locaux par les grévistes, Revue Procédures, n5, mai 2011, commentaire n173, p. 28-29, note à propos de Soc. - 9 mars 2011.
  • Lacaze-Masmonteil (A.), Pratique jurisprudentielle du référé - interdiction provisoire de contrefaçon de brevets et de marques, Paris, édité par l'auteur, 1998.
  • Martin (D.) et Buge (G.), L'intérêt social dans le contentieux des ordonnances sur requête en référé et en la forme des référés, RTC n4, Octobre/Décembre 2010
  • Normand, (J), Le contrôle par la Cour de cassation du référé-provision, RTC., oct. -déc. 2001, n4, p. 946.
  • Radé (Ch.), Le juge des référés et la réquisition des grévistes. Note sous Soc., 25 février 2003, Bull. Civ. 2003, V, n62, p. 59, Droit social, n6, juin 2003, p. 621-624.
  • Saint-Pau (J-Ch.), Les pouvoirs du juge des référés sur le fondement de l'article 9, alinéa 2 du Code civil, Dalloz n30, 6 septembre 2001, Jurispr., p. 2434-2439.
  • SDECC, Bureau du contentieux de la troisième Chambre civile, Confrontation du droit de propriété et du droit au logement, BICC n718, 15 mars 2010, p. 6 à 13.
  • Sommer (J-M., ), Référés - pouvoirs du juge, Recueil Dalloz, n30, 10 septembre 2009, Chronique de la Cour de cassation - 2ème Chambre civile, p. 2069 à 2071, note à propos de 2e Civ. - 4 juin 2009.
  • Strickler (Y), Le juge des référés juge du provisoire, thèse Strasbourg III, 1994.
  • Strickler (Y.), Actualité du référé, Gazette du Palais, 31 oct. 2006
  • Le Tribunal d'instance - L'ordonnance de référé, École nationale de la Magistrature, Bordeaux, 1988.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, terme juridique, vocabulaire droit