dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

LEGS DEFINITION

Définition de Legs



Le "legs" est une gratification consentie par testament. Le legs, porte en général dérogation aux règles légales de la dévolution successorale. Le but du testateur est soit d'attribuer tout ou partie de sa succession à une personne qui n'y était pas normalement appelée, soit d'attribuer à un de ses héritiers légaux une part d'un montant excédant la part d'héritage que la loi lui réserve. Le bénéficiaire d'un legs est appelé le " légataire ". Le légataire est dit "légataire universel" lorsqu'il est gratifié de l'ensemble des biens, droits et actions que le testateur laisse à son décès. Si ce dernier ne lui lègue qu'une partie ou une fraction de son patrimoine, le bénéficiaire du legs est dit "légataire à titre universel".

La générosité du testateur en faveur du ou des bénéficiaires des libéralités, se trouve limitée par les droits des héritiers réservataires auxquels le loi attribue une part d'une quotité minimale dont le testateur ne peut librement disposer. S'il le faisait en passant outre aux droits des héritiers à réserve, la part des personnes qui auraient été gratifiées au mépris du droit d'un héritier réservataire pourrait être réduite par un jugement. L'aliénation du bien légué par le tuteur d'un majeur en tutelle constitue une perte totale de la chose léguée entraînant la caducité du legs au sens de l'article 1042 du code civil. (1ère CIV. - 7 juin 2006, BICC n648 du 15 octobre 2006).

La liberté du testateur se trouve également limitée par le fait que certaines personnes sont déclarées par la loi, incapables soit de donner, soit de recevoir. La loi déclare nulle les substitutions dans le but d'éviter notamment que le stipulant ne procède à une simulation en ne désignant une personne donnée, que dans l'intention de gratifier un tiers que la loi déclare inapte à hériter. Certaines exceptions à cette règle sont cependant admises. (voir le mot "fideicommis"). Les juges du fond apprécient souverainement la qualité de médecin traitant et les éléments constitutifs d'un traitement médical au sens de l'article 909 du code civil. Dans l'exercice de ce pouvoir souverain les juges du second degré, par motifs propres et adoptés, peuvent estimer que l'assistance apportée par M. un médecin au défunt, en raison tant des liens affectifs anciens et profonds qui l'unissaient au malade que de sa compétence professionnelle, ne pas constitue pas un traitement médical. En particuler il peuvent estimer qu'il n'est pas établi que le médecin a prodigué au défunt des soins réguliers et durables pendant la maladie dont ce dernier est décédé. Dans ce cas, il peuvent déduire de ce qui précède, que ce médecin peut profiter des dispositions entre vifs ou testamentaires dont le défunt l'a gratifié (1ère Chambre civile 15 janvier 2014

pourvoi : 12-22950, BICC n799 du 1er avril 2014 et Legifrance).

On nomme "legs de residuo", la disposition testamentaire par laquelle le legs conféré à une personne est fait sous la condition qu'à son décès, elle transmette à son tour par testament, à une tierce personne que le testateur désigne, ce que le légataire ainsi avantagé aura conservé des biens qui lui ont été légués. Le legs de residuo est soumis à la double condition que, d'une part, au décès du premier légataire institué, la chose léguée subsiste dans son patrimoine et que, d'autre part, le second légataire lui ait survécu. En cas de réalisation de la condition, seul le second légataire est tenu des dettes et charges de la succession du testateur. La Première Chambre de la Cour de cassation a jugée le 8 février 2005 (1ère CIV. - 8 février 2005, BICC n620 du 1er juin 2005) que viole les articles 870 et 871 du Code civil une cour d'appel qui énonce que les dettes et charges d'une succession doivent être supportées, chacun pour sa part et portion, par l'héritier du premier légataire et par le second légataire, bénéficiaire d'un legs de residuo, alors qu'au décès du premier légataire, le second légataire a recueilli l'intégralité des biens restant de la succession du testateur et l'héritier du premier légataire les seuls biens composant la succession de son auteur.

A partir du 1er janvier 2007, la Loi n2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités, permet sous l'appellation de "libéralités résiduelles" qu'une personne puisse être appelée à recueillir ce qui subsistera du don ou legs fait à un premier gratifié à la mort de celui-ci. Ce mécanisme n'oblige pas le premier gratifié à conserver les biens reçus. Elle l'oblige à transmettre les biens subsistants. Le premier gratifié ne peut disposer par testament des biens donnés ou légués à titre résiduel et la libéralité résiduelle peut interdire au premier gratifié de disposer des biens par donation entre vifs.

Alors que l'héritier unique ou le légataire universel qui ne se trouve pas en présence d'héritiers à réserve est saisi de plein droit desbiens qui lui sont dévolus, le légataire qui se trouve en présence d'héritiers à réserve doit leur en demander la délivrance (article 1004 et suivants du Code civil) après avoir obtenu une ordonnance d'envoi en possession.

Concernant les legs entre époux, voir le mot : Quotité disponible.

Textes

  • Code civil, Articles 900-1, 910, 1002 et s., 1423, 2121-4.
  • Loi n2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités
  • Bibliographie

  • Huc-Beauchamps (A.), Assurance-vie et rapport successoral : caractère exagéré des primes, Recueil Dalloz, n27, 23 juillet 2009, Actualité jurisprudentielle, p. 1824-1825.
  • Bischof (D.), Le leasing de biens mobiliers : étude de droit privé positif et désirable, 1996.
  • Bouzat (P.), De la nature juridique des droits du grevé et de l'appelé dans les substitutions permises et des droits des légataires dans les legs conditionnels alternatif, Thèse Paris, Sirey, 1931.
  • Lambert (S.), L'intention libérale dans les donations. Presses Universitaires d'Aix-Marseille - P. U. A. M. - Centre Pierre Kayser -2006.
  • Legros (P.), Du legs de la chose d'autrui. Thèse Rennes, Rennes, impr. provinciale, (s. d.).
  • Libchaber (R.), Une difficulté singulière : le rôle de la délivrance dans le legs d'une quote-part indivise. Note sous Civ. 1ère, 5 mars 2002, Bul. 2002, I, n81, p. 62, Dalloz, 26 septembre 2002, n33, Jurispr., p. 2555-2558.
  • Malaurie (Ph.), Cours de droit civil : Les successions, les libéralités, Defrénois Droit civil, 2006.
  • Mazeaud (H.), Leçons de droit civil., Tome IV, deuxième volume. Successions, libéralités, 5e éd., Paris, éd. Montchrestien, 1999.
  • Mettetal (G.), Des dispenses légales de rapport en matière de donations entre vifs et de legs, thèse Rennes, impr. de L. Caillot et fils, 1910.
  • Pouliquen (P.), Legs universel avec charge de transmettre le capital-décès d'une assurance-vie, Revue Lamy droit civil, no 62, juillet-août 2009, Actualités, n3513, p. 45-46.
  • Saget (J.), La Révocation des legs pour cause d'ingratitude, thèse Rennes, impr. de H. Riou-Reuzé, 1934.
  • Vaugeois, (A.), Étude sur la caducité du legs d'usufruit par rapport aux personnes qui doivent en profiter lorsqu'il existe un légataire de la nue propriété, Paris, éd. Cotillon, 1868.
  • Voirin (P.), Droit civil, Tome 2, Droit privé notarial, régimes matrimoniaux, successions, libéralités, 20e éd., Paris, LGDJ, 1999.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, terme juridique, vocabulaire droit