dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

MARQUE DE FABRIQUE DEFINITION

Définition de Marque de fabrique



La "marque de fabrique" est la dénomination ou le signe de représentation graphique. ou sonore qui caractérise l'activité économique d'une personne ou d'une entreprise dont la propriété s'acquiert par l'enregistrement à l'Institut de la propriété industrielle. Elle a pour fonction de garantir au consommateur ou à l'utilisateur final l'identité d'origine du produit désigné par la marque, en lui permettant de distinguer sans confusion possible ce produit de ceux qui ont une autre provenance, tandis que l'étiquetage a pour objet de fournir à l'acheteur et au consommateur des informations sur les caractéristiques du produit concerné. la déceptivité d'une marque s'apprécie au regard des dispositions du code de la propriété intellectuelle et non de celles des articles R. 112-1 et R. 112-7 du code de la consommation (Chambre commerciale 21 janvier 2014, pourvoi n12-24959, BICC n800 du 15 aril 2014 et Legifrance).

Dans le cadre d'une procédure d'opposition à l'enregistrement d'une marque, aucun relevé de déchéance, n'est recevable lorsque l'opposant, n'a pas respecté les délais que la Loi lui imposait pour faire valoir ses droits (Chambre commerciale 7 décembre 2010 pourvoi n10-10495, BICC n739 du 1er avril 2011 et Legifrance). Sur l'opposition à l'enregistrement d'une marque consulter la note de M. Daleau référencée dans la Bibliographie ci-après.

La Chambre commerciale a annulé l'arrêt d'une Cour d'appel selon lequel il n'existait aucun risque d'assimilation entre deux marques, qui comportaient des différences visuelles, phonétiques et conceptuelles, leur conférant une impression globale différente pour le consommateur moyen : certaines ressemblances à caractère mineur n'étaient pas susceptibles de créer un risque de confusion ou d'assimilation pour le consommateur moyen Pour la Chambre commerciale, la protection conférée aux marques jouissant d'une renommée n'est pas subordonnée à la constatation d'un risque d'assimilation ou de confusion ; il suffit que le degré de similitude entre une telle marque et le signe ait pour effet que le public établisse un lien entre le signe et la marque (Chambre commerciale 12 avril 2016, pourvoi n14-29414, BICC n849 du 15 octobre 2016 et Legifranc). Consulter aussi la note de M. Christophe Caron, Rev. Comm. com. électr. 2016, comm. 50

Elle juge aussi que la dénomination sociale ne bénéficie d'une protection que pour les activités effectivement exercées par la société et non pour celles énumérées dans ses statuts. (Chambre commerciale 10 juillet 2012, pourvoi n08-12010, BICC n773 du 15 décembre 2012 et Legifrance). S'agissant du non respect de la législation sur les marques, le fait dommageable, au sens de l'article 46 du code du procédure civile, est subi dans l'ensemble des lieux dans lesquels la marque dont l'annulation est recherchée est diffusée et commercialisée, et qu'il est établi en l'espèce que les marques dont l'annulation est recherchée sont diffusées sur l'ensemble du territoire national par internet, la cour d'appel a pu en déduire que le dommage avait été subi dans le ressort du tribunal de grande instance qui avait été saisi par le demandeur, peu important que le fait dommageable se soit également produit dans le ressort d'autres tribunaux, fût ce sur l'ensemble du territoire national. (Chambre commerciale 7 juillet 2009, pourvoi n08-17135, BICC n720 du 15 avril 2010 et Legifrance).

L'appellation d'une activité utilisée comme enseigne commerciale ne peut faire l'objet d'une appropriation si cette activité n'a pas acquis un caractère distinctif. Ainsi, l'expression bateaux mouches pour désigner une activité de transport de voyageurs sur la Seine, couramment utilisée depuis le milieu du XIXe siècle a connu un succès tel qu'elle a pris un caractère quasi générique pour désigner une activité de même nature sur d'autres cours d'eau, en France et à l'étranger. Le public concerné, à savoir celui des touristes visitant Paris et désireux de contempler ses monuments au fil d'une croisière sur la Seine, guidé dans ce désir par des ouvrages spécialisés, n'est pas conduit à réserver exclusivement cette expression à l'entreprise qui l'a introduite dans sa dénomination sociale et se l'ait appropriée comme enseigne. La dénomination de la société n'ayant pas acquis par l'usage un caractère distinctif ni une certaine notoriété, le juge du fond a pu rejeter la demande en nullité introduite pour atteinte aux droits antérieurs dont s'est prévalu la société demanderesse. (Chambre commerciale 3 février 2015, pourvoi n13-18025, BICC 822 du 15 mai 2015, et Legifrance).

Relativement à l'étendue géographique de la propriété d'une marque, la Cour de cassation a jugé qu'ayant constaté qu'il se déduisait des précisions apportées sur un site internet que les produits en cause ne se trouvaient pas disponibles en France, une Cour d'appel en avait conclu exactement que ce site ne saurait être considéré comme visant le public de France, et que l'usage d'une marque dans ces conditions ne constituait pas une infraction à l'interdiction, prononcée par une juridiction française, de faire tout usage de cette marque (Com. - 11 janvier 2005-BICC n617 du 15 avril 2005)

En l'absence de mauvaise foi, la mise en exergue de leur patronyme dans la dénomination sociale d'une entreprise à laquelle s'identifient des dirigeants d'une société commercialisant des vins et des champagnes, n'est pas critiquable et l'action en contrefaçon dirigée contre eux et engagée par une société portant une dénomination semblable est mal fondée. (Chambre commerciale 21 juin 2011, pourvoi n10-23262, BICC n751 du 15 novembre 2011 et Legifrance). Consulter la note de Madame Lebel référencée dans la Bibliographie ci-après.

Si le ou les personnes titulaires d'une marque ne justifient pas d'un usage sérieux de cette marque au cours d'une période ininterrompue de cinq années définie par la demande, c'est à bon droit que la déchéances a été prononcée avec effet au jour de la demande. La Cour de justice de l'Union européenne (C-553/11, Rintisch, 25 octobre 2012, point 29), a interprété l'article 10, paragraphe 2, sous a), de la directive 89/104/CEE du Conseil, du 21 décembre 1988, rapprochant les législations des Etats membres sur les marques. Elle a précisé que, dans le contexte particulier d'une famille ou d'une série de marques, composées autour d'un terme commun, utilisé comme suffixe ou comme préfixe, pour désigner les produits et services proposés dans le cadre de son activité, ne saurait être invoqué pour justifier de l'usage d'une autre marque. (Chambre commerciale 19 janvier 2016, pourvoi n14-18434, BICC n843 du 1er juin 2016 et Legifrance).

Au plan du Droit communautaire, saisie d'une demande préjudicielle par la Cour de cassation la CJE a rendu le 23 avril 2009 un arrêt (C-59/08, Copad SA / Christian Dior couture SA, Société industrielle lingerie }, dans lequel, elle a jugé au visa de la Directive 89/104/CEE, que le titulaire de la marque peut invoquer les droits conférés par cette dernière à l'encontre d'un licencié qui enfreint une clause du contrat de licence interdisant, pour des raisons de prestige de la marque, la vente à des soldeurs de produits tels que ceux en cause au principal, pour autant qu'il soit établi que cette violation, en raison des circonstances propres à l'affaire au principal, porte atteinte à l'allure et à l'image de prestige qui confèrent auxdits produits une sensation de luxe et la CJE d'ajouter : "Lorsque la mise dans le commerce de produits de prestige par le licencié en violation d'une clause du contrat de licence doit néanmoins être considérée comme faite avec le consentement du titulaire de la marque, ce dernier ne peut invoquer une telle clause pour s'opposer à une revente de ces produits sur le fondement de l'article 7, paragraphe 2 de la directive 89/104, que dans le cas où il est établi, compte tenu des circonstances propres à l'espèce, qu'une telle revente porte une atteinte à la renommée de la marque". La Cour de cassation a finalement jugé dans l'affaire ci dessus qu'encourrait la cassation l'arrêt de la Cour r en curatelle, Recueil Dalloz, n10, 11 mars 2010, Etudes et commentaires, p. 636 à 639, note à propos deernational privé, 5e édition, Dalloz, 2010.

  • Norguin (V.), Focus sur la capacité d'ester en justic de protection.
  • Pécaut-Rivolier (L.), La prescription peut être opposée à un majeur malgré le régelle qui l'avait empêché d'agir antérieurement, Actualité juridique Famille, no 7-8, juillet-août 2009, 1er novembre 2010 et Legifrance). Voir la note de Madame Daleau référencée dans la Bibliographie ci-après.
  • Relativement à la procédure en contrefaçon de marques et concurrence déloyale et à la compétence du juge de la mise en état pour prescrire les mesures énumérées par les dispositions de l'article L. 716-7-1 du code de la propriété intellectuelle, il est jugé qu'avant toute décision sur la matérialité de la contrefaçon, cette disposition lui permet d'ordonner la production de documents comptables (Chambre commerciale 13 décembre 2011, pourvoi n10-28088, BICC n759 du 1er avril 2012 et Legifrance).

    La nullité d'une marque communautaire est déclarée, sur demande présentée auprès de l'Office d'harmonisation du marché intérieur ou sur demande reconventionnelle dans une action en contrefaçon. Une juridiction nationale n'a pas compétence pour connaître d'une demande principale en tant qu'elle porte sur l'annulation de marques communautaires (Chambre commerciale 7 juillet 2009, pourvoi n08-17135, BICC n720 du 15 avril 2010 et Legifrance).

    Voir : Propriété industrielle.

    Textes

  • Code de commerce, Articles L124-1, L128-1, L132-9 L142-2, L143-17, L143-23, L330-3, L420-4, L442-4 et s., L525-4, L752-6.
  • Code de la propriété industrielle, Articles L711-1 et s.
  • Directive 89/104/CEE du Conseil du 21 décembre 1988, art. 7 et 8, par. 2, modifiée par l'Accord sur l'Espace économique européen du 2 mai 1992.
  • Loi n91-7 du 4 janvier 1991 relative aux marques de fabrique, de commerce ou de service.
  • Décret n92-100 du 30 janvier 1992 relatif aux marques de fabrique, de commerce ou de service.
  • Règlement CE n40/94 du 20 décembre 1993 sur la marque communautaire.
  • Décret n2002-216 du 18 février 2002 relatif aux juridictions compétentes en matière de marque communautaire.
  • Loi n2007-1544 du 29 octobre 2007 de lutte contre la contrefaçon.
  • Directive 2008/95/CE, 22 octobre 2008, rapprochant les législations des États membres sur les marques (version codifiée) : JOUE nL 299, 8 nov. 2008, p. 25.
  • Ordonnance n2008-1301 du 11 décembre 2008, relative aux brevets d'invention et aux marques.
  • Décret n 2014-354 du 19 mars 2014 pris pour l'application de l'article 31-2 de la loi n 90-1258 du 31 décembre 1990 relative à l'exercice sous forme de sociétés des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé.
  • Bibliographie

  • Albrieux (S.), La distinction entre la marque notoire et la marque renommée au regard des textes récents en matière de marque, Paris, édit. par l'auteur, 1996.
  • Azéma (J.), Note sous Com. 6 mai 2003, Bull., IV, n69, p. 78, RTCom., n1, janvier-mars 2004, p. 90 - 91.
  • Azzi (T.), Étendue géographique de la notoriété d'une marque. Au sujet de CJCE (2e ch.), 22 novembre 2007, affaire C-328-06, Dalloz, 31 janvier 2008, n5, p. 322-325.
  • Barois (A.), La fraude et le droit des marques, thèse Paris II, 1979.
  • Bertrand (A.), Marques et brevets, dessins et modèles : Appellations d'origine, brevets français, européens, communautaires et internationaux, biotechnologie, contrefaçon, Paris, éd Delmas, 1995.
  • Bertrand (A-R), Le droit des marques et des signes distinctifs : Droit français, droit communautaire et droit international, Paris, CEDAT, 1999.
  • Bonnard (H.), La contrefaçon de marque, Litec Editions du JurisClasseur, 2008.
  • Bonet (G.), L'usage du nom d'autrui dans une marque : à propos de l'arrêt Viagra de la cour d'appel de Paris du 15 décembre 2000, Dalloz 2001, n16, p. 1298.
  • Bonnemay (M-Ch.) et Fraimbault (A.), L'Evaluation des marques, Paris, édité par l'auteur, 1998.
  • Charpentier. (S.), La notion de tolérance et ses conséquences en droit français et en droit communautaire des marques, Paris, édité par l'auteur, 1997.
  • Corade (C.), Le droit de contester l'usage à titre de marque de son nom patronymique, Paris, édité par l'auteur, . 1997.
  • Daleau (J.), Dégénérescence d'une marque entrée dans le langage courant. Recueil Dalloz, n15, 16 avril 2009, Actualité jurisprudentielle, p. 1018-1019, à propos de Cass. Com. - 17 mars 2009.
  • Daleau (J.), Licence de marque de luxe : conséquence de la revente à un soldeur, Recueil Dalloz, n9, 4 mars 2010, Actualité jurisprudentielle, p. 503, note à propos de Com. - 2 février 2010.
  • Daleau (J.), Marque : opposition à l'enregistrement. Recueil Dalloz, n2, 13 janvier 2011, Actualité / droit des affaires, p. 72, note à propos de Com. - 7 décembre 2010.
  • Filiol de Raimond (M.), Nullité de la saisie-contrefaçon de logiciels : quel est le juge compétent ?, Revue Lamy droit des affaires, n51, juillet-août 2010, Actualités, n2947, p. 22.
  • Havard (F.), Le conflit entre un droit de marque et un droit antérieur constitué par un droit d'auteur, Paris, édité par l'auteur, 1999.
  • Krier (D.), Distinctions entre marque notoire et marque de haute renommée.
  • Lacaze-Masmonteil (A.), Pratique jurisprudentielle du référé, interdiction provisoire de contrefaçon de brevets et de marques, Paris, édité par l'auteur, 1998.
  • Lancrenon (Th.), Les marques mortes d'avoir trop plu, Propriété industrielle, n6, juin 2008, étude 13.
  • -

  • Lancrenon, (Th.), La notion d'intérêt à agir en déchéance des droits sur une marque, Petites affiches, 5 janvier 2007, n5, p. 4.
  • Lebel (C.), Champagne Henriot : lorsque l'homonymie est conforme à l'article L713-6 du Code de la Propriété industrielle, Revue de droit rural, n395, août-septembre 2011, commentaire n107, p. 43-44.
  • Leconte (V.), La protection des slogans en droit français des marques, Paris, édité par. l'auteur, 1998.
  • Maccioni (H.), L'image de marque : étude juridique de la notoriété commerciale, Paris Éditeur Economica, 1995.
  • Maury (H.), Le Calcul du délai de non-exploitation susceptible d'entraîner la déchéance de la marque, Paris, éd. par l'auteur, 1994.
  • Monteiro (J.), L'usage sérieux de la marque communautaire, Propriété industrielle n7, juillet 2008, étude 15.
  • Piatti (M-Ch.), Marques et appellations d'origine, thèse Paris II, 1980.
  • Poisson (B.), Appréciation du caractère descriptif d'une marque communautaire, DC. dr. aff., 18 avril 2002, n16, Jurisprudence, p. 1351. Au sujet de : Tribunal de première instance des Communautés européennes (4ème Ch.), 27 février 2002.
  • Pollaud-Dulian (F.), Les variantes du signe enregistré en droit des marques, Propriétés intellectuelles, avril 2009, n31, p. 126.
  • Rassat (A.), La procédure d'opposition à l'enregistrement de la marque communautaire, Paris, éd. par l'auteur, 1995.
  • Sauvage (M.), La contrefaçon de marques, Paris, éd. par l'auteur, 1996.
  • Service de documentation, et d'études de la Cour de cassation. La déchéance de la marque, BICC n723 du 1er juin 2010.
  • Tardieu-Guigues (E.), La licence de marque : marques de fabrique, de commerce ou de service, thèse Montpellier I, . 1991.
  • Tisserand (S.), Le contrat d'usage de nom patronymique à titre de marque, Paris édité par l'auteur, 1999.
  • Vannier (S.), La similitude : de la similitude des signes à l'imitation de la marque, Paris, édité par l'auteur, 1999.
  • Vieugue-Wanpouille (M.), Différence entre la contrefaçon et l'imitation et les règles d'appréciation communes à l'imitation et à la contrefaçon de marque, 1981.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, notaire, terme juridique, vocabulaire droit