dictionnaire de droit dictionnaire juridique
dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique

MANDAT DEFINITION

Définition de Mandat



On dit "mandat" ou "procuration". On désigne ainsi, à la fois le pouvoir et le document par lequel ce pouvoir est transmis. Ces appellations visent la convention par laquelle une personne donne à une autre le pouvoir de faire pour elle un ou plusieurs actes juridiques.

Le mandat peut être verbal. Il prend le plus souvent l'aspect d'un texte écrit, en empruntant soit la forme d'un acte sous seing privé, soit celle d'un acte passé devant. notaire. Il peut être "général" ou au contraire "spécial", dans ce cas, il est fait en vue de la réalisation d' une action déterminée. par exemple, en vue de conclure une vente. . En raison du principe juridique du parallélisme des formes, si la Loi exige que le mandat soit écrit et s'il est destiné à autoriser une personne à faire un acte juridique qui requiert qu'il soit passé en la forme authentique, le pouvoir doit aussi être notarié.

Le mandat est un contrat iintuitu personae, il finit normalement à l'échéance du terme prévu par les contractants ou par la dénonciation du mandant, mais aussi au décès du mandant ou du mandataire. Il prend fin également par la déconfiture du mandant. Ainsi une clinique qui a été mise en liquidation judiciaire n'est plus habilitée à recevoir les honoraires destinés aux praticiens mandants qui ont seuls vocation à les percevoir (Chambre commerciale 1er décembre 2009, pourvoi n07-21441, BICC n722 du 15 mai 2010 et Legifrance).

Sauf convention contraire, le mandat est gratuit. Si le mandataire ne prétend pas qu'une rémunération a été convenue, ni qu'il ait fait des avances ou des frais pour l'exécution de sa mission, la juridiction de proximité ne saurait condamnar le mandant au paiement d'une rémunération en raison des démarches que le mandant a accomplies à l'occasion de l'exécution de la mission qui lui avait été confiée. (1ère Chambre civile 4 mai 2012, pourvoi n11-10943, BICC n769 du 15 ocotobre 2012 et Legifrance).

Le pouvoir de représenter une personne en justice, lorsque les dispositions du Nouveau Code de procédure ne rendent pas obligatoire la représentation par un. avocat, résulte nécessairement d'un mandat spécial. Ainsi, est irrecevable l'appel formé par le directeur juridique d'une société s'il ne justifie pas d'un pouvoir spécial. (Soc., 2 décembre 2008 BICC n700 du 15 avril 2009). La Loi no 2007-1787 du 20 décembre 2007 relative à la simplification du droit permet aux parties de se faire assister ou représenter devant le tribunal d'instance, la juridiction de proximité ou en matière prud'homale par leur concubin ou la personne avec laquelle elles ont conclu un pacte civil de solidarité. Dans les procédures dans lesquelles les parties peuvent de faire représenter par un mandataire qui n'est pas avocat, la validité du mandat spécial est apprécié à la date d'échéance du délai d'appel (2e Civ. - 17 avril 2008 n687 du 15 septembre 2008).

Le mandataire répond de ses fautes envers son mandant, lequel est engagé par les actes de celui-ci a réalisés en son nom dans la limite de ses pouvoirs, à son tour, le mandataire répond de celui qu'il s'est substitué dans l'exécution du mandat qui lui a été confié. Mais, n'est pas tenu à indemnisation à l'égard de la victime le préposé conducteur d'un véhicule de son commettant impliqué dans un accident de la circulation qui agit dans les limites de sa mission (2chambre civile, 28 mai 2009, . pourvoi n08-13310, BICC n711 du 15 novembre 2009 et Legifrance). Cette règle avait été énoncée par l'Assemblée plénière (arrêt Costedoat du 25 février 2000 pourvoi n97-17378 97-20152, Legifrance) s'agissant d'un pilote d'hélicoptère d'une société spécialisée à laquelle avait été confié un traitement herbicide d'une rizière. Sous l'effet du vent, les produits avaient atteint le fonds voisin dont les propriétaires avaient recherché la responsabilité du pilote. Voir le commentaire de M. Mouly référencé dans la Bibliographie ci-après.

La Loi n2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités. a introduit une nouvelle institution : le"mandat à effet posthume" dont on trouve les développements sous les articles 812 et suivants du Code civil. Ce mandat permet à une personne, . même s'il existe un mineur ou un majeur protégé parmi les héritiers, de désigner une ou plusieurs autres personnes, physiques ou morales, ayant pour mandat d'administrer ou de gérer, pendant un délai de deux ans renouvelable, sous réserve des pouvoirs confiés à l'exécuteur testamentaire, tout ou partie de la succession pour le compte et dans l'intérêt d'un ou de plusieurs héritiers identifiés. Le mandataire peut être un héritier ou le notaire chargé du règlement de la succession. Si le mandataire peut disposer du pouvoir d'aliéner ou de vendre, il peut symétriquement, disposer du pouvoir de s'opposer à une vente projetée par l'administrateur légal si elle lui paraîtrait non conforme à l'intérêt des héritiers. (1ère Chambre civile 12 mai 2010, pourvoi n09-10556, BICC n728 du 1er octobre 2010, Lexis-Nexis et Legifrance). Consulter aussi la note de Madame Pouliquen référencée dans la Bibliographie ci-après. Le texte permet aussi, en cas d'inertie, de la carence ou de la faute d'un ou de plusieurs héritiers dans cette administration, de leur mésentente, d'une opposition d'intérêts entre eux ou de la complexité de la situation successorale, de demandeur au juge de désigner un mandataire dit "mandataire successoral". Consulter la note de M. Christophe Vernières référencée dans la Bibliographie ci-après.

Les tuteurs, les curateurs, les voyageurs-représentants-placiers(VRP), les mandataires de justice, les représentants du personnel du Code du Travail, les Présidents Directeurs généraux de sociétés de capitaux et les gérants de sociétés de personnes sont des mandataires au sens ci- dessus.

Les "mandataires de justice" ou "mandataires judiciaires", sont des professionnels dont le statut est défini par articles L811-1 et suivants et, L812-1 et suivants, du code de commerce, auxquels les juridictions peuvent donner des missions différentes. Ainsi dans le cadre de la Loi n85-99 du 25 janvier 1985 et de la Loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 sur les difficultés de l'entreprise, ils peuvent être désignés par le Tribunal de commerce, en qualité d'administrateurs judiciaires, de mandataires Judiciaire au redressement et à la liquidation des entreprises. de représentant des créanciers, de mandataire liquidateur, et de Commissaires à l'exécution du Plan. Dans le cadre de la liquidation judiciaire le liquidateur exerce pendant toute la durée de la liquidation judiciaire les droits et actions du débiteur concernant son patrimoine par suite du dessaisissement de ce dernier de l'administration et de la disposition de ses biens. Ainsi il est seul a détenir à ce titre le pouvoir de délivrer une attestation destinée à l'assurance chômage à un salarié de l'entreprise en liquidation judiciaire (Chambre sociale 23 septembre 2009, pourvoi n08-41929, BICC n717 du 1er mars 2010 et Legifrance).

Toute rémunération du mandataire qui est jugée excessive au regard du service rendu est susceptible de réduction. La circonstance que l'aléa ait été exclusivement supporté par le mandataire ne fait pas obstacle à la réduction éventuelle de la rémunération convenue. (1ère Chambre civile 23 novembre 2011, pourvoi n10-16770, BICC n758 du 15 mars 2012 et Legifrance). Consulter la note Madame Audrey Bonnet référencée dans la Bibliographie ci-après.

Le mandant et le mandataire sont dits liés par un "mandat d'intérêt commun" lorsque ce dernier est intéressé à la réussite de l'affaire pour laquelle il a été pressenti. (exemple, : agent commercial. contrat de promotion immobilière) et qu'il échappe à la règle de la libre révocabilité. Voir sur ce point la rubrique "Ad nutum (révocabilité) ". et "Révocation". Le mandat apparent ne peut être admis pour l'établissement d'un acte par un notaire instrumentaire avec le concours d'un confrère : les deux officiers publics sont tenus de procéder à la vérification de leurs pouvoirs respectifs (1ère chambre civile 5 novembre 2009, pourvoi n08-18056, BICC n720 du 15 avril 20101 et Legifrance). Voir la note de M. Lepelletier référencée dans la Bibliographie ci-après.

Concernant les rapports du mandataires avec des tiers, notamment les personnes qui ont traité avec leur mandant, la troisième Chambre civile de la Cour de cassation a rendu un arrêt le 25 mai 2005 (Cass. 3e civ., 25 mai 2005 : Juris-Data n2005-028546)selon lequel la croyance légitime des acquéreurs dans les pouvoirs de l'agence immobilière représentant le vendeur se trouvait justifié par l'existence d'un mandat apparent. Dans le cas ci-dessus, jugé par la troisième Chambre, une société avait accepté par lettre l'offre de vente immobilière qui lui a été présentée par une agence immobilière agissant en vertu d'un mandat lequel était nul faute d'indication d'une durée déterminée (art. 7 de la Loi n70-9 du 2 janvier 1970 réglementant les conditions d'exercice des activités relatives à certaines opérations portant sur les immeubles et les fonds de commerce.). Le propriétaire ayant refusé de donner suite à la vente, la cour d'appel en a ordonné la réalisation forcée, ainsi que le paiement des honoraires du mandataire. La Cour de cassation a approuvé les juges du fond d'avoir ainsi retenu l'existence d'un mandat apparent, en relevant que l'acquéreur avait pu légitimement croire aux pouvoirs de l'agence. Cet arrêt est caractéristique de la démarche désormais adoptée par la Cour de cassation, qui consiste à justifier l'existence du mandat apparent en recourant au concept doctrinal de la croyance légitime plutôt qu'à celui de bonne foi. En revanche, s'agissant d'un mandat de gestion d'un bien immobilier donné à un professionnel, il résulte des articles 1er et 6 de la loi n70-9 du 2 janvier 1970 et de l'article 64 du décret n72-678 du 20 juillet 1972, que la preuve de l'existence et de l'étendue d'un tel mandat, ne peut être rapportée que par la production d'un écrit (Cass. 1ère civ., 5 juin 2008, n04-16. 368, F P+B+R+I). L'effet rétroactif de la ratification emporte approbation de la gestion du mandataire apparent, de sorte qu'après cette ratification, les mandants, ne disposent plus d'aucun recours contre celui-ci (3e Chambre civile 12 mai 2010 pourvoi n08-20544, BICC n728 du 1er octobre 2010 et Legifrance). Sur ce dernier point, consulter la note de M. Bernard Boubli référencée dans la Bibliographie ci-après.

Il existe également un autre mot fréquemment employé au lieu et place de "mandat" c'est le mot délégation. Dans le sens de "mandat", le mot "délégation" appartient au vocabulaire administratif. Il désigne alors la transmission que peut opérer une autorité administrative à un agent qui lui est subordonné. Dans le langage bancaire notamment il est question par exemple d'une "délégation de signature". Le subdélégué est un mandataire du délégué. Sur la compatibilité des fonctions de délégué syndical avec l'acceptation par le salarié d'une délégation patronale, voir l'entrée. Délégué syndical.

Voir aussi : Protection future (Mandat de_)Contreseing, Fondé de pouvoir et Fiducie.

Textes

  • Code civil, Articles 218 et s., 812, 933, 1431, 1539 et s. . 1984 et s. 2004.
  • Code de commerce, Articles L121-6. L134-4 et s., . L144-8, L611-3, L621-4, L624-17, L626-4, L626-25, L651-3, L653-7. L653-9. L654-17, L811-1 et s., L812-1 et s.
  • Code rural, Articles 789-1.

  • Code de procédure civile, Articles 18 et s., 411 et s., 477 et 478, 488, 853, 751, 827, 899, 913, 931.
  • Code de la Sécurité sociale, R142-20.
  • Loi n70-9 du 2 janvier 1970 réglementant les conditions d'exercice des activités relatives à certaines opérations portant sur les immeubles et les fonds de commerce (mandat de gestion immobilière).
  • Décret n72-678 du 20 juillet 1972 pour l' application de la Loi ci-dessus.
  • Loi n2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises (mandataires de Justice).
  • Loi n2011-331 du 28 mars 2011 de modernisation des professions judiciaires ou juridiques et certaines professions réglementées.
  • Décret n2012-536 du 20 avril 2012 pris pour l'application aux professions de greffier de tribunal de commerce, d'administrateur judiciaire et de mandataire judiciaire de la loi n 90-1258 du 31 décembre 1990 relative à l'exercice sous forme de sociétés des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé et aux sociétés de participations financières de professions libérales.
  • Bibliographie

  • Les agents commerciaux, Représentants mandataires, Paris, . L'Informateur du chef d'entreprise, n506 bis, spécial, juin 1962.
  • Batteur (A.), Le mandat apparent en droit privé, thèse Caen, 1989.
  • Bonnet (A.), Réduction du montant de la rémunération convenue du généalogiste. Revue Actualité juridique Famille, n2, février 2012, Jurisprudence, p. 112-113, note à propos de 1re Civ. 23 novembre 2011.
  • Boubli (B.), La ratification d'un mandat apparent limite la responsabilité du mandataire, Revue de droit immobilier - urbanisme - construction, n7/8, juillet-août 2010, Chroniques, p. 379-380, note à propos de 3e Civ. - 12 mai 2010.
  • Closset-Marchal (G.), Mandataires de justice : déontologies et garanties procédurales, Vanham B. - Bruylant, 2006.
  • Delpech (X.), Mission de présentation de clientèle. exclusion du mandat d'intérêt commun, Com. - 8 juillet 2008., Recueil Dalloz,, 11 septembre 2008, Actualité jurisprudentielle, p. 2140-2141,
  • Horowitz (S.), La protection du tiers contractant en face d'un faux mandataire en droit allemand et en droit français, thèse Paris II, 1996.
  • Le Page Jasim (M-A.), Le mandat et ses formes modernes. thèse Rennes I, 1992.
  • Mainguy (D.) et Respaud (J-L.), Contrat de distribution : l'agent commercial, simple mandataire, ne peut être titulaire d'un fonds de commerce et n'a pas la qualité de commerçant ; au sujet de Com., 26 février 2008, non publié au Bull. civil, semaine juridique, éd. G., 14 mai 2008, n20, p. 38-40.
  • Malaurie (Ph.), Cours de droit civil. Tome VIII, Les contrats spéciaux, civils et vente, mandat, bail, contrat d'entreprise, échange, location-vente, crédit-bail, contrats de distribution, dépôt, prêts, jeu et pari, rente viagère, transaction, clause compromissoire, compromis, 10e éd. Paris, Cujas. 1996.
  • Mallet-Bricout (B.) La substitution de mandataire. éd. LGDJ 1998.
  • Mallet-Bricout (B.), Action directe du mandataire substitué : un revirement attendu !, note sous Com., 3 décembre 2002, Bull. 2002, IV, n188, p. 214, Dalloz 20 mars 2003, n12, Jurisp., p. 786-789.
  • Martin (D-R), Le mandat même stipulé irrévocable ne prive pas le mandant du droit de renoncer à l'opération, note sous Civ., 1ère, 5 février 2002, Bulletin 2002, I, n40, p. 32, Sem. juri., Ed. G, n9, 26 février 2003, Jurisprudence, II, 10 029, p. 353-356.
  • Moneger (J.), Le mandat apparent d'un époux de vendre un immeuble dépendant de la communauté : à propos de l'arrêt de la première chambre civile de la Cour de cassation du 14 décembre 1976, Circa. 1978.
  • Mouly (J.), Première application de la jurisprudence Costedoat à un accident de la circulation impliquant un véhicule conduit par un préposé. Semaine juridique, édition générale, n28, 6 juillet 2009, Jurisprudence, n95, p. 18 à 20, note à propos de 2e Civ. - 28 mai 2009.
  • Ouedraogo (F.), La responsabilité du mandataire, thèse Nancy II, 1991.
  • Perrot (R.), Commentaire du décret n2005-1678 du 28 décembre 2005, . Procédures, février 2006, n2, étude, p. 4-11.
  • Pétel (Ph.), Les obligations du mandataire, thèse Montpellier I. 1987.
  • Pigache (Ch.), Le mandat d'intérêt commun, Thèse, Paris V, 1991.
  • Pouliquen (E.), Limites aux pouvoirs du mandataire posthume, Revue Lamy droit civil, n72, juin 2010, Actualités, n3859, p. 52-53, note à propos de 1ère Civ. - 12 mai 2010.
  • Remery, (J-P.), Délégation de pouvoirs et mandat, JCP 1999, éd. G, I, 113.
  • Roujou de Boubée (G.), Démarchage et vente d'immeuble, Revue de droit immobilier - urbanisme - construction, n4, avril 2010, Chroniques, p. 212, note à propos de 1ère Civ. 14 janvier 2010.
  • Rouquet (R.), Autorisation d'agir en justice donnée a posteriori. Recueil Dalloz, n5, 4 février 2010, Actualité jurisprudentielle, p. 267-268, note à propos de 3e Civ. 13 janvier 2010.
  • Sere de La Nauze (Th.), La responsabilité civile du mandant du fait de son mandataire. thèse, Paris I, 1979.
  • Sourioux (J. -L), La croyance légitime, JCP, 1982, I, 3058.
  • Vernières (Ch.), Les pouvoirs du mandataire à effet posthume. Revue Actualité juridique Famille, n6, juin 2010, Jurisprudence, p. 287-288.
  • Vitry (H.), Voyageurs, représentants, placiers et représentants mandataires. 4éme éd., Paris, . Librairies techniques, 1958.
  • Liste de toutes les définitions

    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W

    dictionnaire du droit privé dictionnaire juridique


    Recherches fréquentes : décret, rtt, droit, jurisprudence, loi, nue propriété, contrat, arrt, ayant-droit, sarl, pourvoi, ordonnance, jugement, braudo, baumann, vocabulaire juridique, termes juridiques, glossaire juridique, lexique juridique, jurisprudence informatique, propriété intellectuelle, droit commercial, glossaire droit, terme juridique, vocabulaire droit